Etre à l’aise et en malaise

« Comment oses-tu te plaindre alors que tu peux tout t’offrir ? »

Cette phrase, Lucie, 30 ans, l’a toujours entendue, au point de l’avoir intégrée. En tant qu’héritière de la fortune familiale, elle a un devoir d’être heureuse, pour ses proches comme son environnement social, ne serait-ce que « par respect pour ceux qui n’ont pas tout ce qu’elle a ». Alors elle joue le rôle : elle affiche un sourire confiant et ne se plaint jamais. Personnellement, elle n’est pas heureuse et se sent incomprise, comme si son aisance devait cacher son malaise.

 

Il est dit que l’argent ne fait pas le bonheur même s’il y contribue. Quand on est riche, a-t-on le droit de ne pas être heureux ? Lors de nos accompagnements individuels d’actionnaires familiaux ou d’héritiers, à tous les âges, nous observons souvent un besoin ou un manque de sens lié à cet argent.

C’est l’exemple de Pierre qui, en charge des actifs, des placements et investissements de la famille tient avant tout que des objectifs précis soient définis en famille. Il veut rendre des comptes et être évalué annuellement sur son travail. Il avancera ainsi avec une vision claire du pilotage de la finance, sur les bases de son métier, et selon les orientations et les attentes familiales.

Pour d’autres héritiers, des problématiques psychologiques peuvent devenir aiguës.

Ainsi, Emeric, a vécu de 20 à 30 ans sans vraiment travailler régulièrement ni trouver un métier qui lui convienne. Le rapport aux réalités et aux plaisirs d’un travail ne s’est pas construit. Il a assez rapidement perdu la notion de l’argent. Il s’est progressivement désocialisé. Puis une souffrance s’est développée de ne plus savoir s’il est aimé ou apprécié pour ce qui il est ou pour tout ce qu’il possède. Ses amis sont- ils de véritables amis ? Les relations nouées sont-elles sincères ?

Pour Lucie, une forme de honte de la fortune dont elle a hérité, s’est installée : « qu’ai-je accompli ? Comment considérer que je mérite cet argent ? », jusqu’à s’excuser de la réussite de ses parents. La honte lui sert de garde-fou, pour ne pas se laisser aller à profiter.

Pour certains, l’absence de sens donné à cette fortune peut devenir un contresens jusqu’à rejeter ou critiquer ouvertement le modèle patrimonial. Pour d’autres, des excès de comportements comme la consommation de drogues ou d’alcool servent à oublier jusqu’à se mettre en danger. Pour chacun d’entre nous, la vie est une quête d’identité, de motivations et de sens. Pour notre société en général, détenir un patrimoine apporte une réponse facile à un héritier ou un actionnaire familial. Comme si l’aisance donnait le sens. Il n’en est rien, bien au contraire.

Un rapport à l’argent est à construire, il complexifie le rapport au travail, au métier et souvent aux autres, à l’histoire familiale parfois également à la société. Comment peut-il s’apprendre ou
 se développer ?

Ce rapport n’est pas un tout, comme une sorte de position donnée ou acquise, claire et stable. Il est un cheminement fait d’éducation et d’exemples, d’expériences et de prises de conscience.

Cette maturation difficile repose sur la vitalité ou la reconstruction de trois liens fondamentaux :

  • Le lien avec des proches qui peuvent comprendre les interrogations, les doutes, leur légitimité et l’absence de solutions « prêt- à-penser ».
  • Le lien avec soi-même en apprenant à se connaître plus par ce que l’on est que par ce que l’on a, en découvrant ses talents, ses capacités et ses motivations que l’absence d’épreuves ou de besoins dans la vie ont parfois neutralisé. Cette connaissance de soi aide à mieux s’accepter et à s’aimer soi-même, pour à nouveau respirer, espérer et trouver du sens à son existence.
  • Et le lien avec les réalités, ce qui génère l’argent comme ce qu’il permet, ce qu’il représente pour soi comme pour les autres, ce pouvoir d’agir qu’offre l’argent comme la responsabilité qu’il donne, que le projet soit familial, professionnel, personnel ou autre… L’aisance ne donne pas le sens. Son absence fait souffrir. Il est toujours à construire.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.