Equilibrer les pouvoirs

Chacun est sur ses gardes. Ce conseil de surveillance pourrait être un lieu de contrôle et de stratégie, il ne vit que de suspicions. Plus le Directoire s’exprime, plus grand est le risque d’immixtion dans la gestion. Moins il en dit, plus la méfiance du conseil diffère ou neutralise les résolutions à voter. La durée de chaque conseil comme des comités fait l’objet de négociations permanentes. Cette spirale impacte le développement du Groupe. Un processus particulièrement étayé a permis de rapprocher les deux présidents, du conseil et du directoire, de faire bouger leurs positionnements, de modifier leurs comportements. Des instruments de gouvernance ajustés ont soutenu cette démarche pour construire une confiance et une coopération, pour établir des pratiques de gouvernance sérieuses et acceptées. « Il n’existe pas de neutralité en gouvernance. Entre confiance ou méfiance, l’un l’emporte toujours » Xavier Gautier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.